La métropolisation, horizon indépassable de la croissance économique ? Olivier BOUBA-OLGA, Michel GROSSETTI

 

« L’idée selon laquelle le soutien à quelques métropoles serait le meilleur moyen de renforcer la croissance économique de la France s’est assez largement diffusée dans le monde académique ces dernières années. Elle se fonde principalement sur des analyses de l’évolution relative des PIB régionaux par habitant et sur des travaux économétriques relevant de l’économie géographique. L’objectif de cet article est de mettre en débat les arguments avancés. Dans un premier temps, nous montrons que le PIB régional par habitant est un très mauvais indicateur de performance des régions, qui masque le jeu d’autres déterminants socio-économiques. Une analyse plus précise montre que seule l’Île-de-France présente une surproductivité apparente du travail, qui s’explique entièrement par des effets de composition sur les secteurs d’activités et par la concentration des très hauts revenus dans la région capitale. Nous nous intéressons dans un deuxième temps aux travaux relevant de l’économie géographique. Nous observons que si les traitements économétriques concluent à l’existence d’effets d’agglomération statistiquement significatifs, l’ampleur de ces effets est faible et les données présentent des limites intrinsèques. Il semble hasardeux de justifier sur une base aussi fragile une politique de concentration de l’activité économique dans quelques métropoles. Nous analysons enfin de manière systématique le lien entre la taille économique initiale et l’activité des territoires, en nous appuyant sur des données d’emploi par zone d’emploi sur la période 1999-2011. On n’observe aucun effet de la taille, mais des effets importants de spécialisation, des effets d’inertie et des effets d’appartenance à des macro-régions…. » 

BOUBA-OLGA Olivier, GROSSETTI Michel, “La métropolisation, horizon indépassable de la croissance économique ?” Revue de L’OFCE, Nouvelle économie régionale et réforme territoriale, n°143, novembre 2015, pp. 117-144.

pdf  Article complet

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *